"Il n'y a pas de maître qui ne puisse être élève" (Baltasar Gracian)

Mis à jour : oct. 3

Toujours emporter du scotch de peintre marron, vérifier 3 fois que l'on à les billets de trains, répéter les parties orales de nombreuses fois pour les fluidifier, essayer ses marqueurs fétiches pour être certaine qu'ils fonctionnent bien...Voilà quelques rituels opérés avant de partir animer un stage. Ces rituels se sont installés dès ma première intervention et ils m'ont manqué pendant ces longs mois d'interruption. Alors, c'est avec un sourire visible sous le masque que j'ai retrouvé le chemin du Centre Nationale de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) mi septembre.

En créant mon entreprise de facilitation et d'accompagnement par le dessin, je n'imaginais pas partir vers l'animation de formation continue. Et les choses se sont présentées. Non seulement j'ai saisi l'opportunité ( car j'ai pour principe de dire oui à tout ce que l'on me propose dans le domaine professionnel), mais je me suis, par cela même, rendu compte que si je mélangeais ce que j'avais appris de mon expérience au sein de la fonction publique, mon aisance à l'orale et mon goût pour les ateliers créatifs, on obtenait un "truc" plutôt pas mal. Peut-être même une méthode pédagogique exploitable.


L'utilisation exclusive de l'image, plutôt que des mots (le Power-Point ne fait pas de dégâts qu'en réunion), les ateliers créatifs et de co-construction proposés en nombre, le recours à "l'exposé oral" uniquement pour montrer des exemples inspirant, l'art de faire des programmes de formation qui obligent à faire des pas de coté, la prise de parole pour suggérer, titiller, provoquer, parler de l'article qui montre que "oui mais peut-être que non"... voici les bases qui fondent les formations que j'animent.

Ce n'est pas toujours ce que les stagiaires recherchent au départ. Mais, ils ne repartent jamais indifférents. Ils vivent leurs stages comme une expérience, un moment.


Un sketchnote qui explique la méthode design de service - méthode que j'exploite dans des stages sur l'ouverture de nouveaux services et l'innovation en générale


Ce moment, je le vie avec eux. Chaque formation que j'anime (dans les domaines de la culture, des bibliothèques principalement, du management parfois) est un temps de formation pour moi aussi.

Devoir concevoir des programmes et des supports m'obligent à opérer une veille professionnelle que le poids du quotidien lorsque j'étais en poste, m'amenait parfois à délaisser. Mon réseau professionnel est aujourd'hui bien plus important et dynamique.

Créer ces supports dessinés, inventer des jeux, ateliers de co-conception m'oblige moi aussi m'a m'astreindre à des exercices de créativité, à regarder ce que les autres font, à découvrir des outils (numériques principalement) et à apprendre à les utiliser.

L'échange avec le commanditaire, avec les chargés de formations, avec la communauté pédagogique et, davantage encore, avec les stagiaires me permet d'apprendre sur le processus pédagogique, la dynamique de groupe.

Faire en sorte que pendant quelques heures ou quelques jours,, un groupe se forme, qu'il débatte, qu'une émulation se crée, que des idées naissent, est un enjeu pour moi. Il est indispensable de proposer des connaissances et savoirs théoriques, mais l'enjeu du stage est ailleurs. Il est dans l'expérience qui sera vécue, les rencontres qui seront faites, l'étincelle qui naîtra. Dans ces petites voix qui disent "J'ai bien fait de faire cette pose dans le quotidien", "Je suis heureuse d'avoir échangé avec X, je vais peut-être pouvoir essayer ce qu'elle à fait dans sa structure", "Oh la la ce jeu de créativité, c'est certain je le ressort à la prochaine réunion de service!"


Je me dis que si le contenue, les supports et les propositions faites aux stagiaires ne sont pas fluides, cohérents, exigeants et ne montrent pas une totale implication de l'intervenante, toutes ces voix pourraient ne pas s'exprimer. Cela serait dommage car, sans le savoir, c'est cela que les stagiaires sont venus chercher.

Préparer et animer des formations me demande de travailler beaucoup, de m'engager et m'oblige à me dépasser. Je dois apprendre sur moi pour pouvoir me mettre en danger tout en garantissant un cadre sécuritaire, emporter le groupe le plus loin possible sans oublier les objectifs du stage, mener les échanges, susciter les débats tout en faisant en sorte que l'on puisse se passer de moi. Je dois devenir une facilitatrice.


Je continue, heureusement, à me former moi-même. A la place du stagiaire, je suis toujours éblouie par l'animateur(trice) qui prépare un Power Point de 80 diapo et (heureusement) n'en passe pas une seule. Face au formateur(trice) qui semble arriver les mains dans les poches ou qui fouille 15 minutes dans un énorme sac fourre-tout avant de commencer, j'ai toujours eu un apriori négatif et changé d'avis pour y voir une "Marie Poppins" qui illuminent mes pratiques professionnelles de ses capacités créatives, de son point de vue divergent, de sa manière de dire "osez-donc !".

Je n'arrive pas les mains dans les poches et tiens encore à donner l'image d'une personne très travailleuse ( probablement un reste de questionnement sur ma légitimité) .

Cependant, en suivant le chemin de ces formidables formateurs (trices) croisé(e)s sur ma route, je n'utilise que de l'image, je parle au groupe sans lire mes notes, debout et en faisant de grands gestes comme sur une scène de théâtre. Je laisse le groupe diverger, dicter la direction à prendre et sors souvent de mon énorme sac (offert par une ancienne collègue de la Ville de Paris ) plein de matériel pour ouvrir les possibilités.



Checklist formation - coucher sur le papier tout ce qui fait que j'aime préparer et animer des stages

Je souhaite poursuivre cette intense activité de formation et cela même si je cherche à reprendre un poste à plein temps en collectivité. Animer des stages fait de moi une personne meilleure à tout point de vue et je ne vois pas quel employeur pourrait se passer de cette opportunité.


Je vous souhaite de bons moments en formation et d'oser un jour, vous aussi, sauter le pas. Celui qui vous fera tourner le dos au tableau blanc.

DrawthelightFacilitation - Gaëtane Perrault -



drawthelightgp@gmail.com

06 23 09 50 26

5 bis, rue Antoine Chantin

75014 PARIS

FRANCE

  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram
  • Gazouillement

© 2020 Drawthelight facilitation- Gaëtane Perrault. Proudly created with Wix.com