Le corps à l'ouvrage ou comment utiliser le mouvement en intelligence collective

Mis à jour : mai 28

La cession de décembre du Master en intelligence collective du DU de Cergy-Pontoise était dédiée au corps.

J'ai découvert le Social Presencing Théâtre et les constellations systémiques.


C'est directement Chantale Motto, autrice de Coacher les organisations avec les constellations systémiques (3ème édition 2020. Interédition) qui est venue introduire notre groupe à la représentation d'un système par le biais de sculptures vivantes.

Le groupe va designer un(e) porte-parole qui va être interrogé(e) par la coach sur les éléments du système. Une fois les composantes du système identifiées le(a) porte-parole va identifier des personnes du groupe servant de médium aux sculptures vivantes. Le(a) porte-parole va placer dans l'espace et mettre en position les membres du groupe. Dans une troisième phase les "sculptures" vont s'exprimer sur leur ressenti et se repositionner. Donnant ainsi leur propre vision du système. L'opération est à renouveler plusieurs fois car le changement de place d'un élément du système a une incidence sur d'autres éléments de celui-ci. Ainsi, les participants prennent conscience de la notion d'interdépendance.


un jeu en bois pour réaliser des constellations familliales (Pirovi)

Le premier tableau est révélateur de la perception du système par le(a) porte-parole. Mais pas uniquement , puisque le(a) porte parole est désigné(e) par le groupe. Il révèle bien la perception du groupe.

Le dernier tableau montre le système idéale pour ce groupe, la destination à atteindre.




Ce que je peux dire de cette observation d'une constellation systémique c'est que la manière de mener l'échange avec le(a) porte-parole est primordiale. La capacité du coach à analyser les éléments donnés par le(a) porte-parole est cruciale. Il ne s'agit pas uniquement de suivre la grille de questions donnée par la méthode. Mais bien de savoir faire parler, creuser, expliciter le(a) porte-parole sans pour autant le(a) tirer vers une voie issue de nos propres représentations.


Ce que je peux également dire c'est que la constellation systémique doit être vécue et non observée. Un(e) observateur(trice) est vite perdu(e), plus dedans. Pas de regard meta pour ce type d'atelier, cela n'a aucune valeur ajouté. Le corps parle à soi et non à l'observateur(trice).


Puisque je m'étais considérablement ennuyée et que j'étais restée perplexe lors de la journée sur les constellations systémiques, j'ai voulu participer, ("donner de ma personne" est l'expression appropriée ici) le dernier jour de la session de décembre, lorsque nous avons abordé le Social Presencing Théâtre.

Le Social Presencing Théâtre (SPT) créé par Arawana Hayashi utilise le corps pour faire prendre conscience à l'individu/ au groupe d'une situation actuelle, en tirer le potentiel et faire émerger des futurs souhaitables.

Arawana Hayashi est danseuse-chorégraphe et éducatrice. C'est au sein du Presencing Institute (Otto Scharmer la Théorie U) qu'Arawana Hayashi a théorisé et créé le Social Presencing Théatre (SPT) qui permet de rendre le corps et l'esprit présent et à l'oeuvre dans les dynamiques de groupe et les actions menant au changement.


L'exercice que nous a proposé l'équipe éducative pour nous introduire au SPT consistait à demander une personne volontaire pour travailler sur un cas problématique. Ce cas doit impliqué un système et les acteurs de ce système.

Un entretien à lieu "en privé" entre les faciliateurs(trices) / coachs et le(a) porteur de cas pour définir le cas et identifier les acteurs (là où tout se fait en présence du groupe dans les constellations systémiques) .

Une fois le groupe réunit, les faciliteur(trices)/coachs annoncent les acteurs du système. Les membres du groupe volontaires s'annoncent pour les incarner (alors qu'ils sont désignés dans les constellations systémiques).

Le SPT prévois des rôles obligatoires : la planète terre, les marginaux et le plus haut potentiel.



Oeuvre de Kelvy Bird co-créatrice du Presencing Institute - Théorie U

Chacun va se placer à tour de rôle , choisir une posture. Une fois tous les rôles placés, chaque acteur du système va exprimer son ressenti. Puis de nouveau se placer, exprimer son ressenti... On fait autant d'itération que nécessaire.


Les coachs/facilitateurs(trices) voient lorsque l'énergie descend ou que l'équipe tourne en rond. Il/ elle propose alors une pause, demande aux acteurs de s'asseoir et de prendre un moment de silence. Une nouvelle itération commence après cette pause et en générale elle permet d'obtenir la sculpture finale.

A la fin de l'atelier, le(a) porteur de cas vient annoncer à chaque rôle qu'il est autorisé à sortir de sont rôle pour redevenir sa personne. C'est une étape indispensable car incarner un élément du système c'est vivre quelque chose de fort.


La description du système que notre groupe a sculpté ressemblait à la réalité du système. Notre tableau final à permis au porteur de cas d'avoir une vision bonifiée du point d'arrivée. Cela est en soit surprenant.

Mais ce qui est réellement extraordinaire dans cette expérience n'est pas là. Ce qui compte se passe à l'intérieur. Dans le fait de sentir le corps éclairer l'esprit.

Je ne peux plus être dubitative sur l'importance du corps dans les mécanismes d'intelligence collective après avoir connu cette expérience.

J'ai très clairement ressenti des inconforts, voir des douleurs lorsque je me suis trompée de position et de placement dans le système. J'ai clairement ressenti quand d'autres acteurs du système qui devaient être proches de moi étaient éloignés. Lorsque courbaturée, j'ai fini par dire "j'en peu plus, j'en ai marre" et par me mettre en tailleur au sol, j'ai trouvé ma place.

J'incarnais "le plus haut potentiel" (bah oui , pour ce qui devrait être l'unique expérience de SPT de ma vie autant faire dans la démesure!). C'est dans cette position humble, en tailleur, un peu à l'extérieur du système, mais veillant sur lui, que j'étais à ma place. C'est lorsque je suis devenue une possibilité et non une injonction que les choses se sont alignées pour le système que j'incarnais et pour moi.

Les personnes qui ont observé la scène ont parfois ressenti des choses fortes. D'autres se sont posées beaucoup de questions sur l'usage de cette méthode.

J'avoue continuer à me demander comment les exploiter ? Comment ne pas ouvrir avec elle une "boite aux émotions" que je ne saurais gérer.


Cette session sur le corps en intelligence collective, m'a toutefois permise de travailler les notions de présence à soi (importante aussi pour l'Art of Hosting déjà évoqué dans cet article de décembre 2020 et qui fût une véritable révélation pour moi) et de me demander ce qui, dans mes pratiques actuelles, implique le corps.

Je me suis rendu compte que j'étais toujours en mouvement et que j'incitais le groupe à faire de même. Pour se dynamiser, pour changer de point de vue, insuffler une nouvelle énergie, se concentrer.

L'usage du corps qui ne me semblait pas naturelle est en faite totalement intégré à mes pratiques. Il n'est pas nécessaire de sortir les masques de la Comedia del Arte et de prévoir les tapis de yoga pour utiliser le corps.



Quelques inclusions et déclusions de ma besace utilisant le corps - DrawthelightFacilitation

Réfléchir et créer ensemble implique obligatoirement notre corps. Un groupe à une physiqualité, alors autant mettre le mouvement de notre côté pour ouvrir le champ des possibles.


Prenez-soin de vous, de votre esprit et de votre corps.

DrawthelightFacilitation - Gaëtane Perrault -



17 vues0 commentaire