Le syndrome de la grenouille ou le "changement dans la continuité"


La langue française est une langue belle, complexe, riche. Chaque mot est polyphonique. Chaque synonyme contient une subtilité bien à lui. Chaque époque à ses expressions propres. Expressions parfois reprises à des temps plus lointains. Le temps est une boucle. Nous vivons plusieurs fois les mêmes situations.

Nous vivons actuellement notre transition de début de siècle. Au 18ème siècle il y eu la Révolution, au 19ème siècle la Révolution Industrielle et au 20ème siècle une Guerre Mondiale (puis une seconde...). Au 21ème siècle nous avons variés le langage et donné d'autres noms à nos guerres souterraines : changement climatique, tensions religieuses, crise politique, mouvements sociaux, ... Les mots sont multiples, mais n'aboutissent qu'à un seul constat: il nous faut imaginer d'autres modèles, vivre autrement.


Vivre autrement? C'est à dire? Il nous faut évoluer ou changer? Les mots "changement" et "évolution" ne sont pas tout à fait synonyme bien qu'ils soient souvent utilisés pour désigner une même idée.


La changement est le résultat d'une évolution d'une situation ancienne, d'un regard neuf sur une habitude.

Et s'il ne faut pas oublier que c'est "dans les vieux pots que l'on fait les meilleures confitures", il faut aussi regarder, pour en rester dans le domaine culinaire, du coté de nos amis les batraciens. En effet, une grenouille que l'on plonge dans de l'eau que l'on fait chauffer peu à peu, y restera à patauger gaiement jusqu'à mourrir ébouillantée.

La crise sanitaire que nous traversons nous signale qu'il n'est plus temps de penser gentiment à produire quelques douces et lentes évolutions, mais plutôt d'opter pour un changement plus rapide et radicale. Demander à une grenouille de plonger dans de l'eau déjà bouillante, elle refusera et trouvera une solution pour surmonter l'obstacle. Elle s'adaptera car elle n'aura pas le choix.




Lorsque nous sommes face à la nécessité d'opérer des changements, nous optons pour la douceur, principalement pour emporter le plus de personnes possible et espérer ainsi limiter les conflits. Aux nons convaincus, nous tenons à peu près ce discours " nous vous proposons une évolution, mais ne vous inquiétez pas dans un premier temps vous pourrez continuer à faire comme avant si vous préférez". Nous optons pour le "changement dans la continuité ". Cette expression était d'ailleurs le slogan de campagne de G. Pompidou lors de la campagne présidentielle de 1969. Et ce slogan lui fit gagner les élections! De là à dire que nous avons en France un problème avec le changement il n'y a qu'un pas.


Nous pouvons aussi en déduire de ce slogan que construire de nouvelles façons de vivre, travailler, faire équipe, manager, ne peut se faire qu'autour d'un socle commun connu et accepté par tous. Il s'agit donc de travailler les changements de manière indirecte en travaillant d'abord ce socle commun, puis en le faisant évoluer. Donnons à chacun la possibilité de s'exprimer sur ce qui fait sens pour lui et ce qui à de l'importance à ses yeux. Sur ce qu'il imagine pour demain, comment il se  projette.

Et puisque cela touche au commun, il est important d'y travailler tous, quelque soit notre place au sein de l'organisation. Le sens, les valeurs, le Demain ne sont pas des notions hiérarchiques réservées à quelques fiches de poste.

Pour travailler les communs et espérer opérer des évolutions profondes, inutile de chercher à convaincre que le changement permettra de travailler en meilleure intelligence, permettra d'améliorer les places et les rôles de chacun dans l'entreprise... C'est bien de cela qu'il est question, le manager, le leader doit avoir une vision et y faire adhérer le plus de monde possible. Mais, au commencement d'une évolution, la priorité n'est pas là. Il faut surtout travailler l'envie. Faire en sorte que l'envie de transformer ce qui existe devienne plus forte que l'envie et la joie (toute française) de critiquer, se plaindre de la situation actuelle défaillante.

Parlons donc d'abord de cette situation actuelle, allons au bout des discours sur nos failles. Voyons ce que chacun propose pour améliorer la situation, voyons ce que nous avons à y gagner et aussi à y perdre. Il faut parler beaucoup, purger véritablement. Il faut travailler les communs autant que les désaccords.

En faisant confiance au processus, petit à petit nous trouverons du liant et des idèes d'évolution émergeront.

Nous aurons fait un détour ensemble et nous aurons trouver comment évoluer ensemble.


Dans le domaine du changement la solution est contenue dans le problème. Et mes grenouilles coassent gaiement posées sur leur nénuphar.


DrawthelightFacilitation - Gaëtane Perrault - 


drawthelightgp@gmail.com

06 23 09 50 26

5 bis, rue Antoine Chantin

75014 PARIS

FRANCE

  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram
  • Gazouillement

© 2020 Drawthelight facilitation- Gaëtane Perrault. Proudly created with Wix.com